Lons-le-Saunier Un an après, le jeu vidéo Pokémon Go a toujours ses adeptes

L’été dernier, ce jeu sur smartphones était une véritable tendance. Un an après, l’effet médiatique est retombé, mais les chasseurs de Pokémon sont toujours présents.

Publié le : 12/08/2017 à 12:48
pokemon-go1.jpg
Dans les rues de Lons, les chasseurs de monstres virtuels sont encore nombreux.

Ce vendredi 28 juillet, l’alerte est lancée sur le groupe Facebook « Pokémon Go Lons-le-Saunier ». À 16 h 15, le rendez-vous est donné à proximité de la place des jets d’eau. Le but est simple : attraper Artikodin, Pokémon rare issu de la première génération du jeu vidéo, et qui a l’apparence d’un grand oiseau bleu. Tout l’été, Niantic, développeur du jeu, propose aux dresseurs d’attraper des espèces rares par le biais de raids. Ces derniers sont des attaques menées par plusieurs dresseurs sur un lieu précis.

Retour aux jets d’eau : sur place, une petite quinzaine de dresseurs. Peu de temps après, tous se déplacent vers l’ancienne mairie pour mener ce raid. Charlie, Quentin et Clément ont fait le déplacement depuis Clairvaux. Ces trois jeunes ne jouent que depuis « un mois environ ». Pourtant la passion est déjà bien là, au point que même leur mère s’intéresse à ce loisir 2.0 et les accompagne lors de leurs chasses.

10 minutes de combat

Une fois arrivés à la mairie, et en attendant les retardataires, les dresseurs discutent autour du jeu. L’ambiance est très conviviale et ouverte d’esprit. « Tu y joues ? » demande un joueur. Peu de temps après, le raid est lancé. 11 poké-dresseurs sont sur le coup. D’autres, comme Clément, sont simples spectateurs. « J’ai déjà deux Artikodins, dont un que j’ai attrapé récemment, durant mes vacances à Strasbourg. Et je n’ai plus d’unité pour participer à un raid » explique-t-il. Le nombre de raid est en effet limité à deux participations par jour.

Pendant ce temps, le raid est lancé. Via une sélection de ses Pokémon et d’attaques découlant de ces dernières, le joueur doit affaiblir Artikodin. Cette phase du jeu est récente sur Pokémon Go, et s’inspire de la version sur console portable. Une fois le Pokémon affaibli, environ dix minutes après le début du combat, le dresseur doit attraper Artikodin via des Pokéball, au nombre limité. « Fais attention, la dernière ne marche pas » glisse Clément à Quentin.

Peu de temps après, ce sont sourires et déceptions qui apparaissent sur les visages : sur les onze joueurs, seuls trois obtiennent le précieux animal. Dont Charlie, pas peu fier. Après ce raid, les trois amis se dirigent vers le parc des Bains, pour une chasse libre.

Ainsi, durant tout l’été, ces raids ne font que renforcer la passion des poké dresseurs, qui sont plus d’une centaine sur le groupe Facebook. L’activité demande une certaine patience, car les animaux ne sont pas toujours faciles à attraper. Ces raids sont également limités dans l’espace-temps :  Sulfura était à attraper jusqu’au 7 août, puis Elekthor, jusqu’au 14. Pokémon Go a encore de belles après-midi devant lui.

Martin Esposito

39000 Lons-le-Saunier

Joffrey Fodimbi

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image