Tour de France : un tour de force quotidien

Tous les jours des millions de téléspectateurs en France et dans le monde suivent l'étape. Comment cela est-il possible ?

Publié le : 14/07/2017 à 18:50
Le camion studio constitue les yeux d'environ 15 millions de téléspectateurs chaque jour.
Le camion studio constitue les yeux d'environ 15 millions de téléspectateurs chaque jour. -

Champagnole, Tour de France, télévision, émetteur

Tôt le matin, le samedi 8 juillet, c’est dans le petit village de Doye (sélectionné pour sa position géographique et son horizon dégagé) que trois véhicules formant le groupe HFI 4 (Haute Fréquence Intemédiaire n° 4) sont venus s’installer sur les terres de la famille Jacques. La portée des émetteurs haute-fréquence étant limitée (environ 60 kms), ce poste a servi à relayer les images et les infos pour la première partie de l’étape (Dole-Champagnole). C’est ensuite le poste n° 5 situé aux Rousses, qui a retransmis la dernière partie de la course (Saint-Claude-Les Rousses).

Trois camions pour 15 millions de TV

La société Lumex assure l’autonomie en énergie électrique. La société Globcast (Télécom) assure la retransmission (soit par satellite, ou par réseaux hertziens) des images en provenance du camion de la société Euromédia, fondée par Chantal et Jean-Pierre Barry en 1983. Ce camion Euromédia constitue le point névralgique du dispositif, car il reçoit les images et le son en provenance des trois hélicoptères (deux pour l’image et un pour le relais) et des cinq motos qui filment les péripéties de l’épreuve. C’est une équipe bien rodée (Sébastien Ponthieu, Thibeau Derez, Jean-Edouard Blanc, Guillaume Hazard, Bruno Nervest, Fabien Zubreaux) qui dès l’arrivée sur le terrain mettent en place tous ces moyens.

Une diffusion dans 190 pays

Planter les piquets en terre et raccorder les véhicule en courant électrique. Rechercher les satellites et les réseaux hertziens à l’aide des paraboles, sortir les antennes et les paraboles de réception occupe ces hommes de l’ombre pendant environ deux heures. Dans le Jura, c’est le réseau satellitaire qui a été choisi par obligation : le réseau hertzien, bien que moins onéreux, n’étant pas accessible. Une fois l’installation terminée, c’est au tour des techniciens (Bruno Bardini ou Cédric Renaud) de prendre le relais et de vérifier que les images et le son qu’ils reçoivent au point intermédiaire sont bien reçus à la régie finale installée dans la ville d’arrivée de l’étape. Régie où le réalisateur de France Télévision sélectionne et envoie sur l’antenne ce que vous voyez sur vos postes de télévision. Sans tous ses techniciens anonymes, la magie quotidienne du Tour n’existerait pas. Les images et les informations sont également dirigées vers France Télé, Radio Monte-Carlo, NBC (National Broadcasting Company), NOS (Télévision Hollandaise), et dans 190 pays.

De notre correspondant Serge Buzzacaro

stephane.hovaere

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image