Toulouse-le-Château Street art : Jérôme Mesnager expose au Musée des arts urbains

Après Banksi et M. Chat, c'est au tour de Jérôme Mesnager d'investir les cimaises du Mausa sur le site des anciennes forges de Baudin à Toulouse-le-Château.

Publié le : 24/09/2017 à 11:52
L'homme en blanc prend naissance sous le pinceau de Jérôme Mesnager.
L'homme en blanc prend naissance sous le pinceau de Jérôme Mesnager. -

Celui qui peuple les rues et salles diverses de ses petits bonshommes blancs et nus aux allures sportives est l’invité du Musée des arts urbains et du street art. Une vingtaine de ses œuvres, toiles et draps, en ornent les murs. À l’occasion des Journées du patrimoine, le public a pu se rendre sur place comme M. et Mme Chambet, de Conliège, qui ont découvert les œuvres : « Ce que j’ai vu à l’intérieur (silhouettes blanches sur fond noir – N.D.L.R.) m’a impressionnée, m’a refroidie, raconte Mme Chambet. Mais de voir l’artiste en direct, cela prend une autre dimension. Cette précision, la justesse des traits, est prodigieuse. Et le Mausa est très bien, ce cadre est extraordinaire, c’est une belle réalisation. En plus on revoit le passé, on imagine les ouvriers. » Car outre le fait de voir les toiles, les visiteurs ont eu la chance de suivre une performance de l’artiste, c’est-à-dire la réalisation d’une peinture sur les portes métalliques du musée. Peu à peu, dans un silence de cathédrale, les hommes blancs ont envahi le domaine sous le pinceau de Jérôme Mesnager. D’un geste pur, les têtes rondes, les bras, les jambes ont pris forme. Comme par magie, le street art a pris valeur humaine et pour beaucoup a été une révélation. La soirée du 15 septembre a également été marquée par l’accompagnement électro de Tizasek et par les projections vidéos de Stanislas Zanko sur les murs de Baudin.

De notre correspondant Albert Wolff

Exposition Corps blanc, corps accord, jusqu’au mardi 31 octobre.

39230 Toulouse-le-Château

Annick Cousin

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image