Rahon Le torchon brûle sur le Pont Rouge

Parce qu'il estime que son arrêté d'interdiction aux véhicules de plus de 5 tonnes n'est pas respecté, le maire de Rahon a décidé de fermer le pont Rouge. Et provoque la colère des agriculteurs.

Publié le : 06/07/2017 à 15:47
Le pont peut-il supporter les attelages de 20 tonnes et plus? Pour le savoir, le Préfet du Jura propose au maire de faire réaliser une étude par un cabinet spécialisé.
Le pont peut-il supporter les attelages de 20 tonnes et plus? Pour le savoir, le Préfet du Jura propose au maire de faire réaliser une étude par un cabinet spécialisé. -

Rien ne va plus entre le maire de Rahon et les agriculteurs. Et c’est sur le petit Pont Rouge, qui enjambe l’Orain, que se cristallisent toutes les tensions. D’un côté, le maire, Jean-Paul Malaizier, qui estime que ce pont est fragilisé et a décidé, au nom de la sécurité, d’en interdire l’usage aux véhicules de plus de 5 tonnes. De l’autre des agriculteurs du village, qui exploitent des terres de l’autre côté de la rivière et se trouvent en butte à un arrêté du maire dont ils contestent le fond. Au centre, le Préfet du Jura, qui aimerait que chacun retrouve la raison et qu’une solution « de bon sens » soit trouvée…

L’affaire remonte à un peu plus d’un an. Estimant le pont fragilisé par le passage des attelages les plus lourds, notamment les tracteurs avec leurs remorques, le maire a décidé d’en interdire purement et simplement l’usage aux véhicules de plus de 5 tonnes. « Du coup, les tracteurs avec une remorque ne peuvent plus passer, ce qui oblige les agriculteurs à faire un grand détour », explique un riverain.

Autant le dire : devant tant de contraintes, le premier arrêté n’a pas toujours été respecté, ni par les tracteurs, ni par les camions. Du coup, le maire a fait installer des portiques pour limiter la hauteur des véhicules à 2m30. Mais ceux-ci ont été à plusieurs reprises cassés et ils ont depuis disparu…

Interdit à tous les véhicules

L’affaire est alors revenue au Conseil municipal le 30 juin dernier, qui a voté une délibération qui en dit long sur les tensions : « A la suite des vols de portiques, à la suite des vols des panneaux de signalisation, du non-respect de la limitation à 5 tonnes, du non-respect de la limitation à 3 mètres, de la détérioration des culées et des montants et du mauvais état général du pont, le Conseil municipal, après délibération (11 voix pour, 2 contre) décide de la fermeture définitive du pont Rouge à la circulation (hors piétons). »

Une perte de temps de 3h30 par jour

« Pour l’heure, l’arrêté municipal n’est pas pris. Si le pont était en mauvais état, on comprendrait la décision, mais il a été refait en 2006 par une entreprise locale et à l’époque, on nous avait dit qu’il pouvait supporter 40 tonnes », peste de son côté Cédric Bongain, agriculteur de la commune, vice-président de la Chambre d’agriculture et secrétaire général adjoint de la FDSEA. Pour lui, la décision du maire est tout simplement « discriminatoire envers les agriculteurs » et n’aurait pas d’autre but que de les ennuyer : « on nous accuse du vol, mais les portiques ont été cassés par les petits camions de moins de 3,5 tonnes, nous, on n’a rien fait ». Et de dénoncer les difficultés liées à l’interdiction de passage pour les exploitants : « on nous envoie par Balaiseaux, cela nous fait prendre des chemins de 3 mètres de large ou deux véhicules ont du mal à se croiser, ce qui est dangereux, mais surtout, le détour nous fait perdre 20 minutes par voyage. Au moment des moissons, à raison de 10 voyages, cela nous fait perdre 3h30 par jour. »

Bon sens…

« Cette décision d’interdire la circulation sur le pont à tous les véhicules va embêter tout le monde », estime de son côté le Préfet, Richard Vignon, qui a proposé, pour sortir de l’impasse, de financer à 80 % une étude par un cabinet spécialisé dans le calcul de la solidité des ponts. « Le coût d’une telle étude est de 25 à 28 000 €. La part à charge de la commune serait donc d’environ 7 000 €, ce qui est à peu près le coût des portiques. Après, si l’étude dit que le pont peut supporter 7, 10, 15 ou 20 tonnes, on saura et plus personne ne pourra contester. C’est une question de bon sens : sur un pont qui peut prendre 10 tonnes, on ne passe pas à 20 tonnes… »

Nous avons cherché à joindre le maire de la commune, M. Malaizier, pour avoir son point de vue sur l’état du pont et la proposition du Préfet. Par mail, celui-ci nous a expliqué qu’il avait le matin même envoyé la délibération et qu’en attendant le retour des services de l’Etat, il ne souhaitait pas s’exprimer sur le sujet.

39120 Rahon

Laurent Villette

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image