Bois-d'Amont Jason Lamy Chappuis de retour à Chaux-Neuve : ça fait du bien d’être là !

Après une « retraite » de deux ans, l’ancien champion olympique a remis un dossard lors des championnats de France d’été.

Publié le : 27/07/2017 à 23:05
P2030453.JPG
A 30 ans et un palmarès éloquent Jason Lamy Chappuis vise les JO de 2018

En vue des prochains Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang en 2018, l’ancien champion olympique de combiné nordique a décidé de revenir à la compétition. Ce week-end Jason Lamy Chappuis a participé au grand prix d’été, support du championnat de France, à l’issue duquel il s’est classé 5e d’une épreuve remportée par Maxime Laheurte.

Comment s’est passée la reprise ?
Durant les premières semaines, j’ai eu beaucoup de courbatures ; j’ai eu du mal à encaisser les entraînements, mais c’est revenu petit à petit. Au bout de trois-quatre semaines ça allait mieux pour encaisser la fatigue et l’enchaînement des séances. J’ai eu un début d’entraînement bizarre, parce que j’ai fait un premier stage avec le groupe en mai, ensuite j’ai sauté pas mal sur le petit tremplin de 45 mètres aux Tuffes pour reprendre des bases, puis je suis parti pendant 15 jours en formation chez Air France à Paris. Donc, je ne m’entraîne pleinement que depuis fin juin.

Au niveau des sensations en saut où en êtes-vous ?
La technique générale ne s’oublie pas. J’ai réussi à trouver un niveau correct assez rapidement, mais pour s’améliorer en saut il faut en faire beaucoup. Pour retrouver le niveau de François (Braud) et Max (Laheurte), il m’a fallu bien un mois et demi. J’ai fait environ 140 sauts en un mois et demi et cela revient vraiment depuis cette semaine. Je suis donc sur la bonne ligne. Aujourd’hui, vous mettez votre premier dossard de reprise ? Oui c’est ça, même si on a fait quelques tests entre nous, mais là c’est vraiment la première et à Chaux-Neuve où j’ai aussi débuté.

Quelle est la suite de votre programme ?
De lundi à vendredi, nous participerons à un stage à Prémanon et nous sauterons ici. Puis, ce sera une semaine à la maison, une semaine de stage à Courchevel avant les grands prix d’été de mi-août à fin août où on va se déplacer en Autriche et en Allemagne. Ce sera l’occasion de faire un mini-bilan de la première partie de l’été puis ce sera la dernière ligne droite ; septembre, octobre et novembre en Finlande.

Vous avez pu vous tester en saut, mais comment abordez-vous les choses en ski ?
En saut, les sensations sont revenues progressivement en un mois, un mois et demi. En ski de fond, je pense qu’il va me falloir plus de temps parce qu’il va falloir que je refasse mon foncier pour la suite. ça va venir. J’ai fait pas mal de ski roues, mais je pense que là où je vais le plus en baver c’est en ski de fond. Et aujourd’hui, c’est le premier 10 km que je fais depuis deux ans.

140 sauts en un mois et demi

Par rapport à votre envie de retrouver l’ambiance, la compétition… êtes-vous satisfait ?
Retrouver un peu de public, l’enjeu du titre, mettre le dossard tout ça c’est quand même spécial et c’est important.

Comment allez-vous combiner compétition et pilotage ?
J’ai envoyé mon CV à différentes compagnies ; notamment chez Air France Hop et je verrai suivant ce qu’ils me disent. J’aurai peut-être un appel pour aller en sélection. Pour l’instant je ne sais pas, alors je m’entraîne. Je vais retourner à l’aéro club d’Annemasse pour refaire quelques heures de vol pour garder la main et j’attendrai. De toute façon je ne pourrai rien faire avant le printemps prochain. D’ici là il faut vraiment que je continue. En 12 mois il faut que je valide un certain nombre d’heures de vol pour conserver mes diplômes.

39220 Bois-d'Amont

Monique Henriet

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image