Besançon Horlogerie : la maison Péquignet placée en liquidation judiciaire

Les temps sont durs pour la haute horlogerie, en France comme en Suisse et avec Péquignet, c'est un fleuron de l'horlogerie Française qui risque de disparaître.

Publié le : 30/11/2016 à 19:43
Pequignet.jpg
Les montres Péquignet, fabriquées à Morteau, sont exceptionnelles (photo DR)

C’est un fleuron de l’horlogerie Jurassienne, dont le nom est associé aux plus beaux garde-temps. Pourtant, la manufacture Péquignet a été placé cet après midi en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Besançon. La poursuite de l’activité a été autorisée pour une période de trois mois, le temps de trouver un potentiel repreneur. Les offres peuvent être déposés auprès du tribunal jusqu’au 8 février 2017, afin de pouvoir être examinées à l’audience du 22 février 2017.

La manufacture subit de plein fouet la crise horlogère qui touche aussi les grandes maisons Suisse, qui procèdent actuellement à de nombreux licenciements. « Cette procédure est consécutive à la forte dégradation du marché de l’horlogerie », a d’ailleurs expliqué la direction de l’entreprise, faisant état d’une baisse de chiffre d’affaires de 30 à 40 %.

Depuis le 5 novembre 2012, la manufacture qui emploie 42 personnes à Morteau et une salariée pour la boutique de Besançon, faisait l’objet d’un redressement judiciaire et suivait plan de continuation, afin de rembourser un passif supérieur à 7 millions d’euros accumulé sur 10 ans.

Les amateurs d’horlogerie haut de gamme, eux, ne pouvaient que s’émerveiller du Calibre royal, le mouvement mécanique à multiples complications de la manufacture, qui a aussi développé une gamme de montres mécaniques et à quartz plus abordables, mais risque aujourd’hui de disparaître.

25000 Besançon

Laurent Villette

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image