Envolée de signatures pour la Ligne des Hirondelles

Une pétition a été initiée sur le site mesopinions.com pour la défense de la Ligne des Hirondelles, reliant Dole à Saint-Claude. Vendredi, elle avait presque atteint les 6 000 signatures.

Publié le : 10/02/2017 à 17:21
Il y a rarement autant de monde sur le quai de la gare de Morez. Mais ce samedi 10 septembre 2016, les voyageurs du Train des Brasseurs ont pu découvrir la Ligne des Hirondelles.
Il y a rarement autant de monde sur le quai de la gare de Morez. Mais ce samedi 10 septembre 2016, les voyageurs du Train des Brasseurs ont pu découvrir la Ligne des Hirondelles. -

Sous le titre « Sauvons une des plus belles lignes ferroviaires de France » sur le site mesopinions.com, Kevin Taboada, « simple usager de la ligne », appelle les internautes à se mobiliser pour soutenir la Ligne des Hirondelle et à signer sa pétition. Vendredi 10 février, quinze jours après sa mise en ligne, ils étaient près de 6 000 usagers à l’avoir fait.

L’une des plus belles lignes de France

« La ligne des hirondelles est considérée comme une des plus belles lignes ferroviaires de France. Mais cette ligne risque de disparaître du jour au lendemain », explique-t-il avant d’avancer plusieurs raisons pour étayer son pessimisme : le manque d’investissement sur la ligne – « 6 m€ sont inscrits à ce jour pour aller jusqu’en 2020, mais il en faudrait entre 40 et 50 m€ pour un maintien confortable » ; les horaires inadaptés avec trois trains au départ de Saint-Claude et quatre trains au départ de Dole en semaine ; les temps de trajet qui oscillent entre 2 h 10 et 2 h 40 pour la totalité, ce qui décourage certaines personnes ; les tarifs prohibitifs pratiqués par la SNCF ; et les correspondances… plutôt aléatoires. « La plupart des trains en provenance de Saint-Claude s’arrêtent à Andelot et les passagers doivent monter dans celui qui arrive de Pontarlier pour aller en direction de Dole. Les correspondances ne sont pas forcément respectées et quand le train de Saint-Claude, le dimanche soir, accuse un retard, les passagers doivent alors aller jusqu’à Besançon, pour revenir ensuite sur Dole ou Dijon ».

Ligne en sursis ?

Ce qui agace Kevin Taboada, c’est qu’aucune liaison par car ou par train n’est prévue entre Morez et La Cure. « Pourtant, cela pourrait pourtant intéresser les vacanciers et les frontaliers, qui pourraient ensuite prendre le train pour Nyon. Il n’y a aucune concertation non plus concernant le tronçon Saint-Claude ? Oyonnax, assuré par des TER Rhône-Alpes, et la région Auvergne Rhône-Alpes à fait savoir son refus de financer seule les travaux nécessaires au maintien de la ligne, estimés à 8,5 m€. Si les choses avaient été faites correctement, la région Bourgogne Franche-Comté aurait pu financer la partie Franc-Comtoise de la ligne et la région Auvergne Rhône-Alpes la partie Rhône Alpine, or, cette partie doit être fermée à la circulation en 2018. »

En conclusion, Kevin Taboada pense que la ligne est réellement menacée à court terme et espère que la mobilisation des Jurassiens amènera la présidente du Conseil régional à s’intéresser d’un peu plus près à ce monument ferroviaire : « Avec d’avantage de liaisons, des correspondances en direction de La Cure et des horaires plus adaptés, sûr que cette ligne aurait davantage de passagers. Entre Morez et La Cure, il suffirait de deux bus le matin et deux bus le soir et cela éviterait à pas mal de monde de monter prendre le train à La Cure. Mais au lieu de cela, on ferme les guichets les uns après les autres. Et il est quand même malheureux de constater qu’il y a davantage de liaisons entre Saint-Claude et Bourg-en-Bresse qu’entre Saint-Claude et Dole…»

Reste pour Kevin Taboada l’espoir que sa pétition portera ses fruits, avec l’objectif d’atteindre, d’ici la fin du mois, les 15.000 signatures.

Laurent Villette

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image