Saint-Claude De lourdes menaces planent sur l'hôpital Louis Jaillon

Dans le cadre de la réforme des hôpitaux, l'établissement sanclaudien verrait la fermeture de la chirurgie, de la maternité, de la pédiatrie, de la dialyse et des urgences.

Publié le : 17/02/2017 à 22:05
hosto.jpg
Le plateau technique sanclaudien est le plus performant de Franche-Comté

“C’est l’assassinat de l’hôpital de Saint-Claude et la mort de la ville”, lance ce vendredi Jean-Louis Millet, maire, accompagné de son adjoint Régis Martin et de Christine Sophoclis, médecin et conseillère départementale à l’occasion d’un point-presse organisé,  quelques heures après l’entretien qu’il a eu avec le nouveau directeur de l’Agence Régional de Santé, Pierre Pribile, qui a pris ses fonctions le 8 décembre 2016.

“Tous les hôpitaux de France sont en déficit. En 2015, l’hôpital Louis Jaillon de Saint-Claude présentait un déficit de 2,7 M€ moins 1 M€ d’aides, soit 1,7 M € (8 % du chiffre d’affaires) et en 2016 un déficit de 3,7 M €, avec un taux de fuite qui représente 5,3 M €, poursuit M. Millet, en précisant que pour l’hôpital de Lons, le déficit était de 5,4 M € en 2015 et de 11,2 M € en 2016. L’hôpital de Lons est en mauvaise santé. Il faut donc renforcer son activité”, ajoute-t-il en rappelant que le gouvernement a mis en place un Comité de Performance et de Modernisation des Hôpitaux publics (COPERMO). Celui-ci se réunit régulièrement sous la direction de l’Agence Régionale de Santé (ARS), qui a demandé à des consultants de se pencher sur la manière de résorber ces déficits.

“L’hôpital de Lons-le-Saunier n’est pas en très bonne santé. On souhaite déshabiller Saint-Claude pour rhabiller Lons. Mais Lons ne gagnera pas ! Le jour où il n’y aura plus certains services comment allons-nous faire ? Il faut une heure pour se rendre de Saint-Claude à Lons-le-Saunier, et environ 1 h 30 pour aller des Molunes à Lons-le-Saunier sur route sèche. Mais le jour où il y a de la neige, il faut plus de deux heures  ! Il y a des bébés qui naîtront sous le chapeau de gendarme et en cas de crise cardiaque, ce n’est pas l’ambulance qu’il faudra envoyer mais un corbillard”.

Or, mandatés par l’ARS, les consultants ont préconisé d’ici 3 à 5 ans, de transférer vers Lons-le-Saunier les activités de chirurgie, de maternité, de pédiatrie, de dialyse ainsi que les urgences.

“Nous avons tout lieu d’être inquiets, car ce schéma répond à une logique financière. Mais nous n’allons pas nous laisser faire et la mairie de Saint-Claude sera le leader de la réaction, car l’hôpital est le premier employeur de la ville (avec 380 salariés) devant la commune et MBF Aluminium.

> Plus d’infos dans notre journal du 23 février 2017.

39200 Saint-Claude

Monique Henriet

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image