Lons-le-Saunier Consommation. Les Jeunes agriculteurs du Jura se penchent sur les étiquettes

A Dole, Lons-le-Saunier et Champagnole, les Jeunes agriculteurs du Jura ont mené une opération de contrôle des étiquettes dans les supermarchés, vendredi matin.

Publié le : 12/05/2017 à 17:40
A l'Hyper U de Montmorot, l'accueil des Jeunes agriculteurs par l'équipe de direction du magasin a été assez cordial.
A l'Hyper U de Montmorot, l'accueil des Jeunes agriculteurs par l'équipe de direction du magasin a été assez cordial. -

« Ce décret est très important pour nous, dabord parce que les consommateurs doivent savoir ce quils mangent, ensuite parce que cest une victoire syndicale » Ce vendredi matin sur Dole, Lons et Champagnole, les grandes surfaces ont reçu la visite des jeunes agriculteurs du Jura, venus contrôler, dans les rayons, que les industriels respectent bien l’obligation qui leur est désormais faite d’annoncer la provenance des viandes dans les préparations en contenant plus de 8 % de viande ou 50 % de lait.

Des produits recherchés par les consommateurs

« On se bagarre toute lannée pour que les gens consomment des produits fabriqués en France. Linformation sur la provenance des produits est importante, car lagriculture française respecte des normes qui ne sont pas forcément suivies ailleurs, notamment concernant linterdiction de certains produits phytosanitaires. Cest vrai que ces contraintes font que les produits français sont un peu plus chers, mais ils offrent une plus grande qualité et plus de sécurité. Et avec les crises sanitaires qui ont impacté les produits importés, les consommateurs nous soutiennent de plus en plus, ce qui na pas toujours été le cas », expliquait Nicolas Saive, des Jeunes agriculteurs.

« Notre action nest pas contre les grandes et moyennes surfaces, mais bien pour vérifier que les transformateurs jouent le jeu », a-t-il rappelé l’équipe de direction de l’Hyper U de Montmorot, où l’accueil a été plutôt cordial. Il faut dire que l’établissement cherche aussi, de son côté, à mettre en valeur des produits locaux, « recherchés par les consommateurs », mais que cela n’est pas forcément très simple : « Si je cherche des pommes de terre ou des carottes produites dans le Jura, où puis-je madresser ? Cest très difficile et je pense quil y a un travail à faire là dessus », a-t-il expliqué prenant l’exemple des œufs de plein air locaux, pas forcément plus chers que ceux des grands distributeurs nationaux, de la viande « qui sera en filière courte avant la fin de l’année, comme le bio » ou du miel.

Etat des lieux

Au final, les Jeunes agriculteurs ont été plutôt satisfaits de leur visite à l’Hyper U. « Ce magasin affiche une bonne traçabilité des produits, lorigine de la viande y est bien indiquée, souvent française, et on sent quils sont intéressés par le développement des circuits courts et des produits locaux. Cela sexplique par la gestion du magasin et la gouvernance du groupe. La situation a été très différente dans lautre magasin que nous avons visité, le Géant Casino, où lon trouvait beaucoup plus de produits avec une origine UE et beaucoup moins de produits locaux et français. »

Ces opérations, répétées dans toute la France par les Jeunes agriculteurs, vont permettre à l’organisation de dresser un « état des lieux » et assurer le suivi de la mesure, prise à titre provisoire, alors qu’un agriculteur, aujourd’hui, fait vivre six ou sept personnes.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

39000 Lons-le-Saunier

Laurent Villette

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image