Amélie Morel : "C’est un privilège, une fierté et un honneur de représenter le Silmo"

Jusqu'au 9 octobre, à Villepinte, le Silmo fêtera ses 50 ans d’existence. Rencontre avec Amélie Morel, première femme élue prsiédente au printemps dernier.

Publié le : 07/10/2017 à 17:33
Photo-Amlie.jpg
Amélie Morel est la première femme à présider un salon en France.

Comment devient-on présidente du Silmo ?

C’est une décision collégiale du conseil d’administration. La règle est que la personne qui préside le Silmo doit être issue de l’industrie optique, verrier ou lunetier. Pour moi, c’est un privilège, une fierté et un honneur de représenter le Silmo. Je suis opticienne, et pour moi le Silmo est le rendez-vous annuel de la profession, le salon de référence. De plus, l’entreprise Morel y participe depuis toujours, donc je connais ce salon depuis que je suis toute petite.

Votre élection à la présidence du Silmo a-t-elle donné lieu à des débats entre plusieurs candidats ?
Le conseil d’administration m’a proposé ce poste que j’ai accepté après une courte réflexion. J’ai donc eu la chance d’être élue à l’unanimité. Je mesure l’honneur et la confiance qui me sont témoignés. J’en suis d’autant plus fière que je suis la première femme élue à la tête d’un salon en France.

Quel est votre rôle ?
Mon rôle est de promouvoir le salon en France comme à l’international, valoriser les talents et les savoir-faire, exposer les tendances grâce à tous les outils mis à la disposition des exposants et des visiteurs, assurer le rayonnement international de la marque Silmo qui incarne la diversité, la créativité, la proximité et la convivialité. Tout cela avec une belle équipe de 7-8 personnes qui travaillent tout au long de l’année pour réussir chaque édition.

Pour vous le Silmo est la référence et le rendez-vous annuel des opticiens, mais le Silmo ce n’est pas que ça ?
Effectivement, le Silmo Paris n’est pas qu’un salon professionnel. Nous avons toujours cherché à innover en créant des événements devenus incontournables, comme les Silmo d’or, la Silmo Academy, le Village, le Forum des tendances et plus récemment le magazine digital Trend by Silmo. Le Silmo c’est aussi une marque, en France et à l’international. Nous avons créé Silmo Istanbul (en décembre), Silmo Bangkok (en juin) et Silmo Sidney (en juillet) avec pour objectif de mettre en avant le savoir-faire et l’innovation.

N’est-il pas compliqué d’être à la fois à la tête d’une entreprise et présidente du Silmo  ?
Si par exemple Morel devait avoir un Silmo d’or… Morel ne participera pas au Silmo d’or tant que je dirigerai l’institution, pour moi c’est la règle. Pour mener tout cela à bien, il me faut être très bien organisée. Quand je suis au Silmo, je travaille à 100 % avec l’équipe Silmo et c’est la même chose quand je suis chez Morel. Je m’inscris dans la continuité de ce que Philippe Lafont a fait et j’essayerai naturellement d’apporter ma touche personnelle.

Entre la présidence du syndicat des lunetiers du Jura par Jérôme Colin et votre présidence à la tête du Silmo, le secteur de Morbier est particulièrement bien représenté ? Tout à fait et je suis ravie que les entreprises Oxibis et L’Amy soient nominées.

Le Silmo a 50 ans cette année. Qu’est-ce qui fera de cette édition un cru exceptionnel ?
Nous sommes très fiers de fêter les 50 ans du premier salon d’optique au monde. Les exposants ont répondu en nombre et les visiteurs sont dans la même dynamique. A ce jour, le niveau des pré-enregistrements est supérieur au dernier Silmo, les professionnels sont stimulés par cette édition anniversaire très symbolique. Côté exposants, ce jubilé les motive, nous constatons que certains ont prévu des rééditions iconiques, d’autres participants au prix spécial 50 ans, sans parler des lancements de marques. Tout ceci va contribuer à un événement très stimulant.

956 exposants seront présents dont 154 nouvelles sociétés

Pourquoi les opticiens doivent-ils venir au Silmo ?
Le Silmo est leur salon. C’est un lieu où ils peuvent découvrir les tendances, les innovations techniques, de nouveaux partenaires. Un lieu de rencontres et d’échanges qui permet d’enrichir ses pratiques et son offre pour créer de la différence, retrouver aussi de la motivation et renouer avec tout ce qui fait le caractère unique du métier d’opticien.

Pouvez-vous nous donner le paysage des exposants ?
Le Silmo est toujours le salon de la diversité avec une offre transversale : verres, montures, basse vision, matériels pour opticiens, aménagement de points de vente, distribution, nouvelles technologies, services… C’est aussi la pluralité des marques de lunettes qui touchent tous les segments de marché avec des éléments forts : les tendances qui donnent le ton et les nouvelles marques qui profitent de la résonance internationale du salon. A ce jour, pour les 50 ans du Silmo, 958 exposants sont présents, dont 22 % de Français, 78 % d’internationaux et 154 nouvelles sociétés.

Quelles sont les animations prévues ?
C’est une édition 100 % anniversaire et festive, avec de nombreuses animations, un film historique et futuriste, un pop up de tendances géant, un e-shop éphémère, une soirée des Silmo d’or exceptionnelle au Grand Palais à Paris avec 2 500 opticiens invités… Autant de raisons de ne pas passer à côté des 50 ans du Silmo.

Monique Henriet

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image