Jura - 80 ans après, ils vont partir sur les pas de Paul-Émile Victor au Groënland

En avril 2017, les trois amis traverseront les 600 km de la calotte glaciaire à ski, en complète autonomie et sans assistance.

Publié le : 04/01/2017 à 18:38
SPIT-85.jpg
Les trois amis lors de leur précédent voyage au Spitzberg

Jean-François Fillod, François Deroubaix et Jacques Champagne sont des sportifs plus qu’aguerris et des amoureux de la montagne.
Le 15 avril 2017, ils prendront le départ de « L’Odyssée des glaces », une grande expédition qu’ils vont mener en direction du Groënland, plus précisément de Kangerlussuaq à Isortoq, soit 600 kilomètres pour traverser la calotte glaciaire du Groënland.

30 jours minimum

« Nous reprendrons l’itinéraire que Paul-Émile Victor, Robert Gessain et Egil Knuth avaient emprunté en 1936 avec leurs chiens de traîneaux. Nous prévoyons 30 jours au minimum pour réaliser la traversée à ski et pulka en complète autonomie et sans assistance », explique Jean-François Fillod qui est l’instigateur de ce projet.

Âgé de 49 ans, propriétaire du gîte « La Vie Neuve » aux Molunes depuis six ans, il a toujours été attiré par le Grand Nord. « C’est un rêve de gamin. J’ai fait mon premier bivouac lorsque j’avais 14 ans, et en 1991 j’ai effectué la traversée de l’Islande en course à pied et en autonomie ; soit 400 km en six jours », lance l’homme qui a aussi découvert en arrivant dans le haut-Jura qu’il y avait à Prémanon, un projet de création d’un Espace des Mondes Polaires. Il a alors rencontré Stéphane Niveau, directeur de l’établissement, qui a effectué plusieurs expéditions polaires.

« Il m’a fait partager son expérience et donné de précieux conseils. Ainsi, il y a cinq ans, j’ai réalisé ma première expédition en Laponie suédoise en solitaire. Cela a été 11 jours difficiles. Je m’étais plus jamais… et puis j’ai enchaîné cinq autres raids ! », poursuit Jean-François. Piqué par le virus, il est reparti en raids à ski et pulka, en Finlande, en Suède, en Norvège. « C’est addictif. Dans le Grand Nord, il y a les lumières, l’isolement, les couleurs, les ambiances…

Il y a deux ans, ce passionné est pendant 18 jours au Spitzberg avec François Deroubaix (infirmier urgentiste, chasseur alpin) et Jacques Champagne (médecin urgentiste de secours en montagne au PGHM de Chamonix) qui voulaient découvrir le Nordique. « Nous avons connu des conditions très difficiles, avec notamment cinq jours bloqués sous la tente, exposés à des températures ressenties rendues particulièrement difficiles à supporter par des hygrométries très élevées et des vents violents. Cela a soudé le groupe et nous a aussi donné envie de tenter une nouvelle aventure humaine ensemble… ».

Les vents catabatiques

« De là est né le projet de cette expédition dans les pas de Paul-Émile Victor. La traversée de la calotte glaciaire du Groenland, c’est un peu la traversée de l’Atlantique. Nous travaillons sur ce projet depuis un an. Ce n’est pas tellement une question de préparation physique, parce que nous faisons beaucoup de sport. Nous devons surtout nous préparer au niveau du mental, en sachant que nous avons une chance sur deux d’arriver au bout à cause de la météo. Et puis il faut se préparer au niveau du matériel. Chaque oubli ou mauvaise manipulation peut tout remettre en question. À chaque raid on prend en note des détails pour rechercher le moindre point de confort afin d’optimiser les temps de récupération », poursuit-il.

En lien avec des élèves de 3e du lycée de Saint-Claude

Concernant les températures, « en 1936, Paul-Émile Victor avait rencontré des – 27° ; ce qui est assez exceptionnel. Nous devrions plutôt avoir des – 10°/-15° mais avec des vents qui peuvent être très violents. Ce sont les vents catabatiques qui peuvent atteindre 250 km/h. Il faut donc être capable de monter un bivouac en 20 minutes pour se mettre en sécurité. Pour cela nous devons avoir une organisation quasi-militaire. Chacun a une tâche précise qu’il doit être capable de reproduire pour chaque bivouac ». Pour mener à bien ce projet, les trois amis vont s’appuyer en base arrière sur Jacques Carrandié de La Pesse. Passionné et homme d’expérience, il a déjà organisé et réalisé plusieurs raids et expéditions. Il s’occupera à distance des deux bulletins météo quotidiens, du suivi satellite, des partenaires et des familles. Jean-François, François et Jacques ont souhaité que ce projet soit aussi pédagogique. Ils seront suivis par des élèves de 3e de la cité scolaire du pré Saint-Sauveur, avant, pendant et après l’expédition.

Cette « Odysée des glaces » représente un budget total de 20 000 € qui n’est pas encore bouclé. Les sponsors éventuels peuvent prendre contact sur : jffillod@ gmail.com. Voir aussi sur : https:// www.facebook.com/groenland2017

39370

Monique Henriet

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image